Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 17:12

La Herbaudière

 Pierre Joulet de Chatillon

Seigneur de La Herbaudière (Charbonnières)

 

François Joulet (Frère de Pierre)

Fondateur des Incurables de Paris (Laennec)

 

Jouillet1.JPG

 

 

 

Château et Ferme, ayant appartenu à Pierre Joulet de Chatillon et a son frère François de Chatillon, fondateur de l'Hopital des incurables de Paris

 

Il y à des rumeurs qui durent longtemps voire qui traversent les siècles, surtout quand rien ne vient infirmer ou confirmer leurs existences et c'est vrai que cette dernière est assez croustillante. Pensez-donc la Herbaudière aurait abriter les amours débutantes de Gabrielle d'Estrées et du roi Henri IV.

 

Mais l'histoire de ce manoir bien que plus tranquille, n'en demeure pas moins très intéressante et c'est l'objet de cet article .

 

Aujourd'hui une ferme, elle appartient a ses anciens métayers et fut pendant plusieurs siècles la propriété des seigneurs de Charbonnières.

 

Démoli en 1840 par le comte Auguste de Chamoy, qui à la même époque restaurait le Château de Charbonnières, une des plus belles et des plus riches demeure de la contrée.De cette époque il ne reste plus que les fondations et l'étang, car les pierres ont servis à construire le château de la Goguerie tout proche.

(Dictionnaire géographique des communes et des hameaux d'Eure-et-Loir de M.Lefèvre)

 

Aucun plan ou dessin n'est connu à ce jour, sauf qu'un vitrail dans la salle de réception du château de Charbonnières pourrait bien être une reproduction de ce dernier.

 

Il fut le siège d'une seigneurie et le lieux principal de cette dernière pour la première fois en 1494 dans un bail du 7 août, relatif à un moulin dépendant de son domaine.Et puis plus tard en 1542, le 13 novembre, Guillaume du Bellay, seigneur de Langey fit son testament elle était la propriété de Martin du Bellay, gouverneur de Turin, prince ou roi d'Yvetot par son mariage avec Isabeau Chenu.

 

Martin du Bellay, fut après son frère seigneur de Langey, cette seigneurie avait été donner par noble homme Louis de Grandmont, sieur de la Grandhaye pour et contre échange des lieux et seigneurie de Sainte-Radegonde et du Cormier.

 

Les registres paroissiaux de Charbonnières, remontants à l'année 1571, signalent noble homme Etienne du Breuil en 1585 sieur de la Touche et de la Herbaudière, ils ne font plus mention des possesseurs de la seigneurie bien que cette dernière appartint aux familles d'Assé (1656), Leclerc de Lesseville (1690) et en 1784 Rousseau de Chamoy.

 

Il semble que sous Henri IV, les seigneurs de la Herbaudière ne soient pas connus ? Bulletin 228 Tome XVI de la Société Dunoise. Janvier 1933

 

Dans un portefeuille du collectionneur François-Roger de Gaignières, conservé à la Bibliothèque Nationale, il à été retrouvé le dessin de la pierre tombale qui recouvrait les restes de Pierre Joulet escuyer,seigneur de Chatillon et de la Herbodière, conseiller du Roi en ses conseils d'état et privé. mort en 1622 et ceux de son frère François Joulet conseiller et aumonier du Roi qui fut inhumé auprès de lui.Cette pierre tombale était visible dans le petit cloître du couvent des Chartreux de la rue St-Jacques à Paris.

 

Les documents consultés à la suite de cette découverte tant à la BN qu'aux archives de l'AP ont fournis sur ces deux personnages et leur famille de précieux renseignements.

 

Cette famille " étoit originaire de Picardie, ou ses membres consécutivement estoient avec tout leur parentaige, extraite de noble et antienne et illustre maison, vivant noblement nouris paiges, tant dans la maison du roi que dans celle des plus puissants seigneurs de leur province, et firent pour le roi ordinairement service au faict des guerres auxquels la plupart d'icuelx décédèrent spécialement aux guerres qui ont étés audit pays de Picardie contre les Anglois,Flamengs et Bourguignons ou ils firent perte presque de tous leur biens.

(1) Mandement du roi Henri III, daté de Chenonceaux le 13 juin 1577-Archives de l'Assistance Publique à Paris : legs universel de M. de Chatillon. Hotel-Dieu, 1072 (classement de 1823)

 

Thomas Joulet, sieur de Belival en Picardie de Beaurain et de Beaurainel-les Guessard, est le premier de cette famille que nous fait connaître cette étude.

 

Au commencement du xv'' siècle, la compagnie du maréchal d'Esquerdes, lieutenant général dans cette province, comptait parmi ses hommes d'armes Thomas Joulet, seigneur de « Belival en Picardie, Beaurain. et Beaurainel lés Guessard », qui épousa Jacqueline, fille de Jean de « Blaseul », seigneur de

 Buhon et Fontaine-l'Étalon. Fontaine-l'Etalon : Pas-de-Calais, arr. Saint-Pol-sur-Ternoise, cant. Auxy-le-Château. 

Pierre II épousa Claire d'Arques issue de la famille d'Arques en Picardie (arrondissement de St-Omer Pas-de-Calais)

 

 Les guerres dont la Picardie fut le théâtre dans la première moitié du xvi* siècle occasionnèrent la ruine du petit-fils de Thomas : Pierre II, qui avait épousé Claire d'Arqués et fut obligé d'abandonner son pays. 

 

Charles de Bourbon, duc de Vendôme, qui sans doute avait connu Pierre Joulet lorsqu'il était lieutenant général en Picardie, lui confia l'intendance de sa baronnie de Rosny-sur-Seine, cette charge permit à Pierre II de relever sa fortune et d'acheter bientôt la seigneurie de Châtillon. Rosny-sur-Seine : Seine-et-Oise, arr. et cant. de Mantes. — Châtillon, comm. de Rosny-sur-Seine. 

 

Après avoir quelque temps habité ce domaine, Pierre III, fils du précédent, marié à Jeanne Chauderon, vint s'établir à Mantes, et s'y livra au commerce il fut par la suite inscrit sur les rôles de la taille et perdit de la sorte sa qualité de noble . 

Le commerce à l'époque était jugé bas, roturier et entraînant la dérogeance, perte tu titre de noble.

Pierre III mourut avant 1562. Ses fils obtinrent d'être rétablis en tous 

les droits et prérogatives de noblesse par acte daté de Chenonceaux,13 juin 1577. 

Pierre III eut cinq fils et deux filles 

 

1°Antoine, seigneur de Châtillon, conseiller au Châtelet 1556, maître des Requêtes de la reine mère Catherine de Médicis, encore vivant en 1588 marié à Marguerite de Versoris (morte avant le 23 juillet 1601) dont deux fils :

 

 Pierre , seigneur de Châtillon et de la Herbaudière, fut contrôleur du Domaine du Roi à Mantes 1568, puis conseiller du Roi en son Conseil d'État il épousa en premières noces Jeanne Jacquet, veuve de François Le Cirier, conseiller du Roi en son Conseil privé et président des Enquêtes au Parlement, Jeanne Jacquet est citée comme femme de Pierre V le 19 janvier 1602  à cette date, Pierre et sa femme demeuraient rue Galande à Paris et, en secondes noces Marguerite de Refuge; il mourut le 4 décembre 1622 sans laisser de postérité  et fut inhumé dans le petit cloître des Chartreux, à Paris.  Marguerite de Refuge morte en juin 1663 est inhumée aux chartreux de Paris, veuve de Denis Vialart, elle avait une fille Anne morte à Paris le 19 Mai 1680 qui épousa Louis de Goth marquis de Rouillac, devenu en 1661 Duc d'Epernon, sire de Lesparre et pair de France, mort le 19 Mars 1662.

 

François Joulet naquit vers 1550. il fut nommé aumônier ordinaire du Roi; chanoine (mention du 23 juillet 1601), puis doyen d'Évreux et le 3 janvier 1602, prédicateur ordinaire du Roi. le 31 mars 1603, Henri IV approuvait le choix qu'avait fait l'évêque de Coutances, Nicolas de Briroy, de l'abbé Joulet comme coadjuteur avec succession future. 

Par son testament, en date du 11 novembre 1625, François Joulet institua l'Hôtel-Dieu de Paris son légataire universel; sa fortune devait être consacrée à l'établissement d'un hospice spécial pour les maladies incurables. Il mourut le 30 septembre 1627 et fut enterré auprès de son frère aux chartreux de Paris, rue Saint-Jacques. 

 

 Jehan Joulet, qui fut lieutenant général au bailliage de Mantes marié à Maguelonne GILLES qui était veuve en 1595, ils eurent une fille nommé Suzanne et un fils nommé François.

 

Suzanne Joulet épousa épousa Charles d'Escauville  écuyer d'Arthieul

 

François Joulet, seigneur de Châtillon, sieur d'Imbermais et d'Houdinvilliers, mort le 28 ou 29 juillet 1613, sans postérité, inhumé dans la chapelle St-Jacques d'Imbermais, il avait épousé Anne de Grouelle qui se remaria en 1617 avec Louis Damours. Morte en 1625 elle fut inhumée avec son premier mari.

 

 Pierre Joulet, qui fut lieutenant général au bailliage et siège présidial de Dreux

en 1577, vivant encore en 1609, épousa Jacqueline le Vacher, dont trois filles.

 

 Laurent Joulet  seigneur de Bellenat homme d'armes pour le roi dans la compagnie de M.  Vassé, vivanr encore en 1583

 

 Nicolas Joulet, qui fut homme d'armes pour le roi dans la compagnie de M.  Vassé et qui mourut avant le13 juin 1577 

 

Marie Joulet, qui épousa Alexis Le Cousturier mort en 1611, conseiller au bailliage et siège présidial de Mantes. Elle décéda le samedi 30 décembre 1623 a neuf heures du soir. et qui avait eu trois entants : 

 

 Jean Le Cousturier, Consiller général et lieutenant général au bailliage de Mantes en 1627, père de Philippe Le Cousturier avocat au parlement.

 

Fiacre Le Cousturier, avocat du Roi au siège de Mantes

 

Jeanne  Le Cousturier, mariée à Christophe Servant, élu à Mantes (1627)

 

Isabeau  Joulet se maria dans la famille de Jancey et eut deux enfants.

Maguelonne de Jancey épousa Gullaume Chaillou, procureur du roi au baillage de Dreux, elle était veuve en 1627

 

Geneviève de Jancey épousa Charles Dieudonné, procureur à Meulan elle était veuve en 1627, dont une fille qui épousa Jean Deuredat.

 

Après la mort de Pierre Joulet (1575) Antoine l'aîné de ses cinq fils nés de son mariage avec Jeanne Chauderon, porta seul le titre de sieur de Châtillon.

 

Une généalogie du Cabinet des Titres, nous apprend qu'avant cette époque qu'il remplissait dès 1556 les fonctions de Conseiller au Châtelet de Paris.Il épousa Marguerite Versoris d'une notable famille parisienne, fille de Guillaume Versoris Conseiller du Roi au Châtelet de Paris

 seigneur de Bussy-Saint-Martin et de Marie Desjardins. Après 1588 il précéda sa femme dans la tombe, laquelle mourut vers 1601.

 

Deux fils de cette union : Pierre et François qui nous intéressent au premier chef car ils sont les seigneurs de la Herbaudière-les-Autels-St-Eloi en Charbonnières.

 

Dévoué par tradition à la maison de Béthune, François Joulet s'attacha plus particulièrement à Philippe de Bèthune, comte de Charost et frère puîné du Duc de Sully baron de Rosny.

 

Son mérite et sa fidélité lui valurent l'amitié du roi Henry IV, qui l'attacha à sa personne et contribua à l'accroissement de sa fortune. Après la mort d'Henry IV, il s'éloigna de la cour et se retira dans son domaine d'Imbermais qu'il acquit le 23 juillet 1610 et après en être entré en possession le 13 Août 1610 par acte notarié par-devant Thomas le Pescheur, tabellion royal à Dreux et dans lequel il est qualifier d'écuiyer, sieur de Châtillon, Imbermais, Oudainville Hardouin et Minières, commissaire ordinaire de l'artillerie de France et gentilhomme de la reine Marguerite, duchesse de Valois, François rendi foi et hommage à messire Guillaume des Roches, chevalier ,seigneur de Mallestable et de dame Françoise de Manterne son épouse, dame de Ruffin aux environs du Boulay-Thierry.

 

Le 28 juillet 1613 il mourut à Imbermais sans postérité et conformément à ses volontés il fut inhumé dans la chapelle de Saint-Jacques attenante à son domaine

 

Après quatre années de veuvage, Anne de Gravelle se remaria en 1617 avec Louis Damours, conseiller du roi en son Châtelet et qui fut élu échevin de Paris en 1619. Lors du décés de Anne de Gravelle en 1625, c'est auprès de son premier époux qu'elle fut inhumée dans la chapelle d'Imbermais.

 

Pierre VI Joulet

il mourut sans laisser de postérité  et fut inhumé dans le petit cloître des Chartreux, à Paris. 

 

L'abbé Joulet fonda au collège de Navarre 

« une chaire de lecture et controverse contre les hérésies et le schisme » ; 

il fixa le traitement du titulaire à 65o livres. 

 

Pierre IV et Laurent vivaient en 1583. 

 

Jeanne Jacquet est citée comme femme de Pierre V le 19 janvier 1602 ; elle vivait encore le 7 octobre 1604; à cette date, Pierre et sa femme demeuraient rue Galande elle vivait encore le 19 janvier 1644. Elle était fille de Jean de Reffuge, conseiller au Parlement de Paris, et avait épousé d'abord Denis Vialard, seigneur de la Ville. 

 

Entre le 29 décembre 1612, époque où il est qualifié gentilhomme près la personne du Roi, et le 8 janvier 1623. 

 

Saint-Germain une rente de i,ooo livres tournois. Le même jour, don à l'hôpital de la Charité (c'est précisément la donation que rappelle l'inscription) de i,ooo 1. t. de rente, « ladicte donnation faicte pour aider à couscher les mallades diid. hospital iing à ung. » Deux jours plus tard, autre don de 5oo 1. 1. de rente aux Révérends Pères réformés de l'ordre de Saint-Dominique, au faubourg Saint-Honoré. Toutefois, l'abbé Joulet se réservait jusqu'à sa mort la jouissance de ces 2,5oo livres de rentes; il interdisait aux donataires de les jamais aliéner, sous peine de voir l'Hôtel-Dieu de Paris les revendiquer ipso facto comme siennes enfin, une inscription commémorative, en marbre, devait être placée dans l'église de chaque établissement. 

 

C'est aux mêmes conditions que François Joulet donna, le 12 juillet de la même année, à l'Hôtel-Dieu de Paris une rente de 3000L  dont les arrérages devaient être employés « en achat de lit de fer, paint de vert, capable chacun d'iceulx pour coucher un seul malade, afîn que les mallades soient garantis de punaises et, avec le temps, puissent coucher seul à seul. » En cas d'aliénation, la rente ferait retour aux héritiers naturels du donateur . 

 

Par son testament, en date du 11 novembre 1625, François Joulet institua l'Hôtel-Dieu de Paris son légataire universel; sa fortune devait être consacrée à l'établissement d'un hospice spécial pour les maladies incurables. Il mourut le 30 septembre 1627 et fut enterré auprès de son frère. 

Vivait encore le 19 janvier 1644. et, en secondes noces, Marguerite de Reftuge; il mourut sans laisser de postérité  et fut inhumé dans le petit cloître des Chartreux, à Paris. 

 

 

Jouillet

 

Partager cet article

Repost 0
Published by provincehistorique.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de provincehistorique.over-blog.com
  • Le blog de provincehistorique.over-blog.com
  • : Histoire d'hier et d'aujourd'hui. On ne juge pas l'histoire, on la constate ! Après avoir rencontrer sept siècles d'histoire, dans le château de Charbonnières, j'ai éprouver le besoin de porter à la connaissance du plus grand nombre l'épopée de ces familles de l'ancien régime et des liens éventuels avec d'autres familles en d'autres lieux.
  • Contact

Recherche

Liens