Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 22:16

Vestiges de Penhoe t jpg 

 

 

Vestiges du Château de Penhoët

 

      de Penhoët : D'or à la fasce de gueules.

 

La seigneurie de Penhoët


Saint-Thégonnec est issu du démembrement de la paroisse primitive dePloeber (Pleyber ou Ploe-Iber). L'ancienne Ploe-Iber fut scindée en deux : la partie orientale (aujourd'hui Pleyber-Christ) échut à uncertain Rivaut et la partie occidentale (aujourd'hui Saint-Thégonnec) échut à un certain Rival ou Rivual.
Au VIème siècle, la paroisse de Ploe-Iber, regroupait les communes actuelles de Saint-Thégonnec, Saint-Martin des Champs, Sainte-Sève,Pleyber-Christ et la partie ouest de Morlaix.

Un démembrement de Ploe-Iber a eu lieu en 1128 (Sainte-Sève et Saint-Martin-des-Champs)et en 1180.

Au Moyen Age, la partie Nord de Saint-Thégonnec dépendait des seigneurs de Penhoat et la partie sud dépendait des Vicomtes de Léon.

La motte à basse-cour, un des nombreux châteaux de terre , de bois et de pierre qui précédèrent, aux XI et XII° siècles, le château de pierre.
 

En 1915 Louis Le Guennec ne distinguait plus de la plate forme de la motte, qu'une petite excavation, mais pas de trace d'édifice. (Extrait du tome CXXIX, année 2000 SAF)
 

La France de cette époque est gouverné par Louis IX (St-Louis), mais la Bretagne est encore indépendante. La première mention de la famille de Penhoët est assez tardive (relatif) , puisque elle  remonte à 1235 pour ce qui est du Château de Penhoët. Cependant le lignage émerge au cours  de la guerre de succession de la Bretagne de1341-1364.

Nous sommes aux alentours du X° et XI° siècles et sur la paroisse de Saint-Thégonnec, une puissante famille s'installe sur un promontoire au confluent de deux rivières : le Coat Toulzac'h et la Penzé. Cette famille déplace son Castel vers un Château-Fort sur la pointe de ce promontoire, afin de mieux assurer sa sécurité. Les Wikings remontent jusqu'au port de Penzé, peut-être plus loin ?. Le premier personnage qui nous apparais dans l'histoire est un certain Hamon de Penhoët, il est mentionné dans un accord avec les moines du Relecq en 1235 en Plounéour-Menez.

Son épouse se nommerait : Julienne de Montrelais,et le mariage se situerait vers 1160. Le fils né de cette union se nome Guillaume de Penhoët et sa date de naissance aux environs de 1190, il serait décédé après 1235. Ce Guillaume de Penhoët que nous désignerons Guillaume I,est chevalier et seigneur de Penhoët, son épouse se nome Mahotte de Kergounadec'h. Guillaume de Penhoët, est créé banneret par le duc de Bretagne  (Lobineau II, coll. 1149)

Quand Guillaume de Penhoët, chevalier et fils de Hamon de Penhoët passa un accord avec les moines de l'abbaye du Relecq, il leurs accorda le droit de libre acquisition en ses biens féodaux et confirma leurs possessions. Il aurait participer à la croisade de 1248 aux cotés de Pierre Mauclerc mais là rien n'est moins sur. Les historiens ne possèdent aucune information sur Hamon de Penhoët dans la descendance des Vicomtes de Léon.

La famille de Penhoat, issue en ramage des anciens chefs ou comtes du Léon, a d'abord résidé dans un camp retranché (Castel-Douar) qu'on retrouve encore à 800 mètres au sud des ruines de son château, enfin pour ceux qui ont des yeux d'experts.

Au XIIIème siècle, les sires de Penhoat construisirent un château-fort, qui devint le siège de leur baronnie et fief, avec haute, basse et moyenne justice, patibulaires à quatre poteaux, et mouvance sur presque tout le haut Léon. La paroisse de Saint-Thégonne dépendait autrefois du diocèse de Léon.
 

Guillaume et Mahotte ont un fils : Hervé, lui aussi seigneur de Penhoët et chevalier. Sa naissance nous est donné en 1225, ainsi que sa mort en 1263.
Hérvé I de Penhoët (✝ après 1263) épouse Jeanne (Marie) de Kernavan (1230 ✝ 23 juillet 1282),
le chevalier Hervé de Penhoët apparaît dans 2 actes des vicomtes de Léon relatifs à la garde du château de Coatmeur en Landivisiau en 1260 et 1263 désigné comme garant par Sylvestre de Coatmeur lors du premier accord et apposa son sceau en bas de cette convention" B.Yeurc'h (KERNEVEZ & TRAVEL, 2000)


Hervé de Penhoët, chevalier, témoin en 01/1261 pour un accord entre Hervé III de Léon et Sylvestre de Coëtmeur
,Hervé de Penhoët, chevalier, témoin en 1263 d'un accord entre Hervé III de Léon et Nuz, fils  de Sen"B.Yeurc'h(KERNEVEZ&MORVAN,2002) "figure avec la qualité de chevalier dans un acte de 1263" B.Yeurc'h (Couffon du Kerdelech, t. II, p. 107) "sire de Penhoet" B.Yeurc'h (ANSELME, 1733)
 

De cette union, naquit Hervé II de Penhoët (1225 ✝ 1328) marié avant le 23 juillet 1282, il est dit seigneur de Penhoët et il est cité comme chevalier dans un acte de 1263 Kouffon de Kerdelech II, page107).Son épouse est Ame du Chatel, Dame de Bruillac (1255 ✝ 1321), ils ont trois enfants : Guillaume II de Penhoët (1275 ✝1328, Anne (né en1290), Marguerite (né en 1295).

Jean III de Bretagne, fidèle vassal de la France, n'avait pas de fils.A sa mort, le 30 avril 1341, la succession se trouva disputée entre sa nièce,Jeanne de Penthièvre la Boiteuse, épouse de Charles de Blois, et son demi-frère Jean de Montfort. Ce dernier s'empara du fief sans demander l'investiture au roi de France (dont il soupçonnait la partialité pour Charles de Blois), ainsi que du trésor gardé à Limoges.
 

La famille de Penhoat, a d'abord résidé dans un camp retranché (Castel-Douar). Sa destruction remonte à 1971, en dépit d'une instance de mise en classement du site. (Yves Corre le meunier de l'ancien moulin seigneurial, explique que le propriétaire à cette époque était en affaire pour vendre sa propriété, ceci expliquant peut-être cela).

Ce retranchement s'appelait Castel Douar (le château de terre) maisaussi Tossen ar Baroun ( la butte du Baron). Une seconde motte se dressait à Kerfeulz, à deux kilomètres au sud de Castel Douar,peut-être appartenait-elle a un vassal de Penhoët ?.Le château de Penhoët était le centre d'un fief qui s'étendait dans de nombreuses paroisses et trèves du Léon mais aussi au delà.

Cette seigneurie fut progressivement agrandie par mariage, et de plus elle procurait d'importants revenus. Au XV°siècle, ils étaient parmi les plus riches des seigneurs léonards et leur richesse n'était pas uniquement foncière, car des membres du lignage étaient au service du Duc. La tour de garde, contenait quelques soldats pour la défense du château. A cette époque, il y avait peu de soldat, la défense était assuré par les paysans, quand ils venaient se mettre à l'abri, lors des attaques.

Il est question, dans l'histoire de ce château, d'une reconstruction au retour de croisade en 1248, mais les archéologues qui ont pu étudier les ruines de Penhoët n'ont rien retrouver pour l'instant d'antérieur à cette date. De plus le château n'est mentionné dans aucune chroniques relatives à la guerre de succession de Bretagne entre 1341 et 1364.
L'état de ruines date de plusieurs siècles car, depuis la guerre de la ligue, il n'a pas été reconstruit, mais à servi de carrière de pierre pour les maisons d'alentour, ce qui arrive très souvent quand les ruines sont à l'abandon pendant trop longtemps .

Une tradition qui paraît être relativement tardive et qui s'inscrit dans le cadre de l'élaboration d'une idéologie nobiliaire à l'usage d'un véritable « clan » léonard, connu par un dicton rimé en breton qui célébrait l'ancienneté des Penhoët, la vaillance des Du Chastel,la richesse des Kermavan et l'esprit chevaleresque des Kergournadec'h des origines, dans les limbes de l'histoire.
Plusieurs auteurs, font de Penhoët une juveignerie de Léon,c'est-à-dire une seigneurie remise en partage à un puîné de la famille de Léon qui, au XIIè siècle détenait tout le comté de ce nom depuis Morlaix, jusqu'à Saint-Mathieu.

A cette époque Guillaume de Penhoët s'illustrait dans la défense de Rennes pour le compte de Charles de Blois, les anglais qui soutenaient la cause des Montfort, occupaient toute une partie du Bas-Léon,notamment la ville de Brest qui leur avait été remise par Jean de Montforts en 1342. Lesneven et Morlaix restèrent aux mains des troupes de Charles de Blois, durant de nombreuses années, mais furent aussi tenues par les anglos-bretons.

L'excellent livret de Patrick Kernévez et Guy Travel nous indiquent que la puissante famille du Léon atteignit son apogée au milieu du XII° siècle contrôlant outre le Léon, de nombreuses terres en Cornouaille. Ils nous apprennent aussi que cette famille du Léon organisa de nombreuses révoltes contre les souverains Plantagenêts (Princes anglais d'origine Française) dans les années 1167-1179 et de ce fait Guyomarch de Léon fut châtié par ces derniers qui lui enlevèrent Morlaix en 1180 et partagèrent son héritage entre ses deux fils. L'aîné reçut les châtellenies de Lesneven et de Saint-Renan,tandis que le cadet recevait celles de Landernau et de Daoudour (Landivisiau), Penhoat relevait de cette dernière.

Quand à l'origine de cette famille, les armoiries pourraient suggérer quelques pistes. Les seigneurs de Penhoët avaient pour armes "d'or à une fasce de gueules". On retrouve notamment ce blason dans l'armorial du héraut Navarre compilé dans les années 1370. Guy le Borgne indique au XVIIè siècle " Penchoët portoit d'or à une fasce de gueulle" elle est réputée pour l'une des plus anciennes maisons du païs qui tire son origine des anciens Vicomtes et Barons de Léon...

En 1705, le frère Pinson écrit à leur sujet : ce sont les anciennes armes des anciens sires de Penhoët en Taulé qu'on dit être les anciennes armes des Comtes et Vicomtes de Léon sans preuves certaines.

 

 

17070461.jpg

 

Branche aînée  (Teneur des fiefs)


de Penhoët, paroisse de Saint-Thégonnec, évêché de Léon, en qualité de seigneur
 de Coëtvoult, paroisse de Saint-Thégonnec, évêché de Léon, en qualité de seigneur
 de Tronglézon, paroisse de Plouénan,évêché de Léon, en qualité de seigneur
 de Kerguizien, paroisse de Plouénan, évêché de Léon, en qualité de seigneur
 de Kerassel,paroisse de Taulé, évêché de Léon, en qualité de seigneur
de Kergoallon, paroisse de Plouégat, évêché de Tréguier, en qualité de seigneur, par mariage, en 1343, de Marguerite Charuel et de Jean de Penhoët
 du Ménez-Charuel, paroisse de Guerlesquin, en qualité de seigneur, par mariage, en 1343, de Marguerite Charuel et de Jean de Penhoët
 de La Marche, paroisse de Bédée, évêché de Saint-Malo, en qualité de seigneur, par mariage,en 1381, de Jeanne d'Albret et de Guillaume de Penhoët
 de La Boëssière, paroisse de Carentoir,évêché de Vannes, en qualité de seigneur, par mariage, en 1381,de Jeanne d'Albret et de Guillaume de Penhoët
 de Fronsac, hors Bretagne (Guyenne) , en qualité de vicomte, par mariage, en 1381, de Jeanne d'Albret et de Guillaume de Penhoët
 de La Motte(-Glain), paroisse de La Chapelle-Glain, en qualité de seigneur, par mariage, en 1418, de Marguerite de Rougé et de Jean de Penhoët
 du Tourboureau, paroisse de La Chapelle-Hullin, en qualité de seigneur
 de Maupiron, paroisse de Moisdon, en qualité de seigneur
 de Kerautret, paroisse de Plougoulm,évêché de Léon, en qualité de seigneur

Hamon, mentionné dans un accord avec les moines du Relec en 1235 ;Guillaume, contribue au denier de la Croix en 1270 ; Hervé, épouse en 1282 Anne du Chastel ; Guillaume, dit le boiteux, capitaine de Rennes,défendit cette ville contre le duc de Lancastre en 1356 et épousa Jeanne, vicomtesse de Fronsac, dont : Jean, amiral de Bretagne, qui remporta sur les Anglais la victoire navale de Saint-mathieu, en 1404 et épousa: 1° Marguerite Charuel ; 2° Jeanne du Perrier ; 3°Marguerite de Malestroit ; Olivier, chevalier du Porc-épic en 1448.

Le fief de Penhoët, paroisse de Saint-Thégonnec, évêché de Léon, en qualité de seigneur, fut tenu chronologiquement par les :
Penhoët Rohan de la branche cadette de Gié, par mariage, en 1476, de Françoise de Penhoët et de Pierre de Rohan
Rosmadec, par acquêt, à la fin du XVI, au profit de Sébastien de Rosmadec Kerhoënt, par acquêt
Le Vicomte, par héritage, à cause du mariage de Julienne de Kerhoënt et d'Yves Charles Kerouartz, de la branche cadette de Lezarazien, par acquêt, en 1752, au profit de Jacques-Joseph de Kerouartz

 

 

 

Jacqueline de Rohan par Clouet Jacqueline de Rohan, par Clouet (Wikipédia)

 

Armes_rothelin.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est la petite-fille, par voie masculine, de Pierre de Rohan, vicomte de Fronsac, et de Françoise de Penhoet. Par voie féminine, elle est la petite fille de Bernard de Saint-Séverin, prince de Bisignan, et de Jeanne Eléonore Piccolomini. Elle descend également du roi Alphonse V d'Aragon et de sa maîtresse Giraldona Carlino  

 

 

Réformations et montres de 1427 à 1543, paroisse de Saint-Thégonnec,

 

Plouénan et Taulé, évêché de Léon Plouégat et Ploubezre, évêché deTréguier ; Carentoir, évêché de Vannes et Bédée évêché de Saint-Malo Branche cadette du Guérand : Teneur des fiefs :du Guérand, paroisse de Plouégat, évêché de Tréguier, en qualité de seigneur

Branche cadette de Kergoallon : Teneur des fiefs :

de Kergoallon, paroisse de Plouégat, évêché de Tréguier, en qualité de seigneur
Branche cadette de Kerimel et Coëtfrec : Teneur des fiefs
de Coëtfrec, paroisse de Ploubezre, évêché de Tréguier, en qualité de seigneur, par mariage, de Jeanne de Kerimel et d'Alain de Penhoët
de Kerimel, paroisse de Kermaria-Sulard, en qualité de seigneur, par mariage, de Jeanne de Kerimel et d'Alain de Penhoët
de Coëtgouréden,paroisse de Pestivien, en qualité de seigneur, par mariage, de Jeanne de Kerimel et d'Alain de Penhoët de Kersauzon de Pennendreff Pred eo, pred (Il est temps, il sera temps)


Ancienne extraction, chevalerie, réformation de 1669, neuf générations. Réformations et montres de 1427 à 1562 paroisses de Guiclan, Saint-Thégonnec, Plounéour-Ménez, Plouénan, Plouescat et Saint-Frégant (évêché de Léon), Trégrom (évêché de Tréguier), Plonéis et Dinéault (évêché de Cornouailles).Sr. de Kersauzon (paroisse de Guiclan) ; Sr. de Penandreff (paroisse de Plourin) ; sr. de Brézal (paroisse de Plounéventer) ; sr. De Kerjean (paroisse de Trébabu) et d'autres lieux...De gueules au fermail d'argent.

Robert, croisé en 1248 ; Guillaume, évêque de Léon en 1306 reconstruisit une partie de sa cathédrale, où il fut inhumé en 1327

La branche de Pennendreff a pour auteur : Guillaume, sr. de Penhoët, vivant en 1440, père de Guénolé,archer dans une montre de 1481, marié à Catherine de Saint-Goueznou.

    

 

      

 

 

 Pasted-Graphic.jpg

 

Ce résumé est tiré du livret de Patrick KERNEVEZ et Guy TRAVEL, Société Archéologique du Finistère

Les Seigneurs de Penhoët en Saint-Thégonnec Année 2000

 

 

Mur-central-du-chateau.JPG 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by provincehistorique.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

nadinou70.over-blog.com 30/01/2011 21:36


de tres jolies photos, j'aime les vielles pierre c'est tres beau, je te souhaite une belle soiree


Présentation

  • : Le blog de provincehistorique.over-blog.com
  • Le blog de provincehistorique.over-blog.com
  • : Histoire d'hier et d'aujourd'hui. On ne juge pas l'histoire, on la constate ! Après avoir rencontrer sept siècles d'histoire, dans le château de Charbonnières, j'ai éprouver le besoin de porter à la connaissance du plus grand nombre l'épopée de ces familles de l'ancien régime et des liens éventuels avec d'autres familles en d'autres lieux.
  • Contact

Recherche

Liens